Chargement...

DSP2 : vers une transition en douceur 

18 septembre 2019

Business insight

La Banque de France a levé les incertitudes autour de la mise en application des normes techniques de réglementation (RTS) relatives à l’authentification forte du client et aux normes ouvertes communes et sécurisées de communication. Même si le 14 septembre a bien marqué leur entrée en vigueur, l’écosystème français a trois ans pour s’adapter à la mise en place de cette nouvelle réglementation. Décryptage.

Le 14 septembre 2019 : une date qui a fait couler beaucoup d’encre. Pour cause, il s’agissait de la date limite d’alignement aux dites normes techniques de sécurité (RTS) comme définies par l’Autorité bancaire européenne  dans le cadre de la DSP2.

La Banque de France calme le jeu 

Consciente de l’ampleur et de la complexité d’un tel processus, la Banque de France, à qui revient le pilotage de la migration dans l’hexagone, a décidé d’accorder un délai de trois ans supplémentaires pour s’assurer que l’ensemble des acteurs affectés par l’authentification forte puissent bénéficier d’une solution sécurisée d’ici 2022.

Entre temps, un vaste plan de communication sera mené auprès de ces différentes cibles et des points d’avancement seront publiés dans les rapports annuels de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement. 

Selon les objectifs fixés par l’Autorité bancaire française, 70% des détenteurs de cartes devraient avoir adopté les nouveaux dispositifs de sécurité et 60% des paiements électroniques devraient être couvert à la fin de 2020. Le bilan de la migration quant à lui sera pour 2022.  Certaines banques sont même en avance sur les délais et ont déjà mis en place des systèmes de sécurité renforcés.

Ces déclarations visent à rassurer les spécialistes du traitement des paiements et des acteurs du e-commerce, nombreux à avoir tiré la sonnette d’alarme. Les e-commerçants redoutent, en effet, de perdre du chiffre d’affaires du fait de l’arrivée de nouvelles règles de sécurité sur les paiements en ligne, notamment la mise en place d’alternatives au code envoyé par SMS (3DS). Les banques, quant à elle, craignent un encombrement de leurs services à la suite des plaintes des clients victimes de ces aléas.

De son côté, Lemon Way a déjà bien préparé le terrain avec ses partenaires bancaires pour se mettre rapidement en conformité avec ses nouvelles règles. Un travail d’information et de pédagogie est mené en parallèle auprès de ses partenaires et clients pour une transition en douceur & réussie.

Un guide didactique sur le sujet « Marketplaces : s’adapter sereinement à la DSP2 » a d’ailleurs été mis en ligne cet été. Il est téléchargeable ICI.