Chargement...

SVA : Comment Lemonway accompagne les SVA jusqu’au statut d’agent ?

2 juin 2021

Business insight

Depuis fin 2019, le secteur des SVA a dû s’adapter à de nouvelles réglementations européennes. L’autorité bancaire européenne ou ABE inclut désormais les Services à Valeur Ajoutée dans le scope de la DSP2, au même titre que les marketplaces et les plateformes de financement participatif. Pour être en conformité avec cette nouvelle réglementation, les SVA ont deux options : devenir elles-mêmes établissement de paiement en obtenant un agrément, ou devenir agent de paiement adossé à un établissement de paiement détenteur de l’agrément. Souple et sécurisée, cette seconde solution permet d’externaliser les procédures et donc, de gagner du temps. Alors, comment Lemonway accompagne les SVA pour accéder au statut d’agent de paiement ? Réponses.

 

Services à Valeur Ajoutée : définition et cadre réglementaire

Les numéros SVA ou numéros de Services à Valeur Ajoutée sont des numéros de téléphone à tarification majorée. Le numéro de téléphone utilisé par l’appelant est facturé à un prix plus élevé qu’une communication normale, pour la fourniture d’un contenu ou service de télécommunication spécifique. En pratique, l’usage d’un tel numéro fait intervenir, a minima, 4 acteurs distincts :

  • L’appelant, autrement nommé utilisateur du service de télécommunication à tarification majorée ;
  • L’opérateur de départ, autrement nommé opérateur de boucle locale (OBL), lequel commercialise le service de télécommunication auprès de ses abonnés ;
  • L’opérateur d’arrivée, autrement nommé opérateur SVA agréé par l’ARCEP, lequel exploite lesdits numéros surtaxés ;
  • L’éditeur de contenu ou marchand, qui fournit le contenu ou service pour lequel l’appelant utilise un numéro surtaxé.

 

SVA : une solution de paiement à part entière

En plus d’offrir un service de télécommunication, les numéros surtaxés participent à l’exécution d’une opération de paiement, en réalisant l’encaissement de fonds pour compte de tiers. En principe, cette activité ne peut être exercée que par des prestataires de services de paiement, agréés par l’ACPR. Afin de ne pas léser les numéros surtaxés, la législation prévoit une dérogation : l’exemption « TELCO ». Ce système allégé permet aux opérateurs de fournir des services de paiement, sans disposer d’agrément.

Toutefois, l’activité liée à l’exploitation de numéros surtaxés revêt un caractère hybride : elle est contrôlée tout à la fois par l’ARCEP pour le service de télécommunication rendu aux appelants, et par l’ACPR pour la fourniture de services de paiement. Aussi, l’ACPR a décidé que le fait de recevoir des fonds était un service de paiement à part entière et que l’activité des SVA devait donc être réglementée.

Dans un communiqué en date du 6 septembre 2019, l’Autorité bancaire européenne rappelle ainsi que le régime d’exemption TELCO s’applique uniquement aux opérateurs en lien contractuel direct avec le consommateur. Autrement dit, seuls sont exemptés et bénéficient à ce jour d’un régime allégé les opérateurs de boucle locale ainsi que les éditeurs de contenu. A contrario tout autre opérateur de transit, de collecte ou d’arrivée (opérateur SVA) doit désormais, soit obtenir un agrément d’établissement de paiement, soit obtenir le statut d’agent de paiement auprès d’un établissement de paiement dûment agréé. Aussi, la DSP2 s’applique aux SVA, au même titre qu’aux marketplaces ou aux plateformes de financement participatif.

 

SVA : rentrer en conformité en devenant agent de paiement

Pour rentrer en conformité avec les nouvelles exigences réglementaires, les SVA ont deux possibilités :

  • Soit devenir établissement de paiement en effectuant les démarches nécessaires auprès de l’ACPR pour obtenir un agrément ;
  • Soit devenir agent de paiement en s’appuyant sur un Prestataire de Service de Paiement, et bénéficier de l’agrément dont il dispose.

La solution la plus simple et la plus rapide consiste à s’appuyer sur un prestataire de services de paiement pour obtenir le statut d’agent de paiement. En effet, la demande d’agrément auprès de l’ACPR prend du temps et nécessite un important travail de mise en conformité. Adossées à un PSP, les SVA se déchargent au contraire de toutes les contraintes réglementaires. Véritable intermédiaire, le PSP a pour rôle d’autoriser, d’organiser, de vérifier, de réguler et de sécuriser les transactions financières. Responsable des contrôles d’origine et de destination des fonds, c’est lui qui encaisse les fonds, avant de les reverser. Pour les SVA, le PSP représente donc un véritable soutien dans la mise en conformité vis-à-vis des exigences réglementaires.

 

Devenir agent de paiement avec Lemonway

Établissement de paiement agréé par l’ACPR, Lemonway accompagne les SVA dans l’obtention de leur statut d’agent de paiement. Véritable partenaire, le PSP Lemonway est une solution qui permet aux SVA d’être en conformité avec la réglementation.

Comment ça marche ?  Afin d’optimiser le processus, Lemonway a créé un dossier d’agent standardisé qu’il met à disposition des SVA  (documents de demande de statut d’agent,procédures standardisées…). Le dossier est ensuite adressé à l’ACPR, pour validation du statut d’agent du SVA.

L’accompagnement Lemonway assure rapidité et sérénité aux SVA, en plus de garantir le succès de l’obtention du statut d’agent de paiement. En outre, Lemonway est le premier établissement de paiement à avoir obtenu le statut d’agent en France pour des SVA. Grâce à sa maîtrise de l’environnement du  secteur des SVA, Lemonway propose un accompagnement sur mesure, alliant maîtrise des réglementations et prise en compte des spécificités de chaque SVA, notamment en termes de facturation.

En tant que PSP paneuropéen, Lemonway a passeporté sa licence française d’Etablissement de paiement dans tous les pays de l’Union Européenne. Nos équipes accompagnent donc les SVA de l’ensemble de l’Europe, grâce à une solution technologique simple et intégrée. Un projet ? Des questions ? Parlez-nous de vos besoins !

 

S'adapter sereinement à la DSP2

 

 

En France, la vente de services représente 75% du PIB et seulement 35% de l’e-commerce. Comment expliquer ce retard ? Si il existe de nombreuses solutions pour vendre ses produits en ligne ce n’est pas le cas pour les services.

En l’absence de solutions techniques, les géants du services ont dû pour la plupart créer leur plateforme de zéro, car les solutions dédiées à l’e-commerce traditionnel ne répondent pas aux exigences de la vente de services en ligne.

 

Quelles sont les différences entre la vente de services et la vente de produits?

Dans ce podcast, Lancelot, Ingénieur Conception chez Cocolabs, détaille les challenges et l’expérience utilisateur spécifiques aux marketplaces de services et explique pourquoi la vente de services en ligne nécessite une solution dédiée.

Les marketplaces de services ne sont pas uniquement des plateformes de mise en relation pour la vente de prestation de service, elles comptent aussi les marketplaces de location et les marketplaces de réseau.

Lire l’article complet 👉 “La différence entre marketplace de services et marketplace de produits

Cocolabs propose un accompagnement complet pour le déploiement de marketplaces de services, sur la base de Cocorico, première solution technique dédiée à la vente de services en ligne.