Chargement...

La première FinTech française Lemonway poursuit son hyper croissance en Europe

5 février 2019

Communiqué de presse

Lemonway, 1ère FinTech française avec 5,7 millions de comptes de paiement ouverts depuis 2012, poursuit son rythme de croissance en 2018 et affirme son leadership auprès des places de marché et des acteurs du financement participatif.

Lemonway a ouvert 1,7 millions de comptes en 2018, soit +43% par rapport à 2017 et a pour objectif d’en ouvrir 2 millions en 2019.

La société a traité un volume d’affaires de 1,9 milliards d’euros de flux contre €1,4 milliard l’année précédente (+37%) grâce à la croissance naturelle de ses plateformes partenaires qui continuent de se développer. La fintech ambitionne d’accélérer encore et d’atteindre les €3,2 milliards de flux en 2019.

Lemonway sert plus de 1 400 sites Internet à travers l’Europe dont 200 plateformes de financement participatif. Pionnier sur ce segment, elle en est le leader en France mais aussi en Italie et en Espagne, et compte bien profiter de cette position pour poursuivre sa croissance en 2019 sur ce marché prometteur.

L’année a également été marquée par une levée de fonds de €10 millions en juillet dernier et la signature de belles places de marché dont la Fédération Française de Football.

Croissance_activité_Lemon_Way_2018

Objectif 2019 : devenir un des trois leaders européens et se développer auprès des grands comptes

En 2019, Lemonway a pour objectif de renforcer sa présence auprès de clients « grands comptes » et devenir un des trois établissements de paiement leaders en Europe au service des places de marché, à travers le développement de ses activités au Royaume-Uni et en Allemagne.

« Notre plateforme de paiement nous permet d’accompagner tous les acteurs du web, et particulièrement les grandes places de marché et acteurs de financement participatif, qui ont besoin d’un outil adapté à la complexité de leurs flux de paiement et qui respecte les exigences règlementaires françaises et européennes », précise Damien Guermonprez, Président de Lemonway.

 

Des projets et des équipes à la mesure des ambitions

Pour conserver son leadership, la Fintech lancera en 2019 de nouveaux produits et services innovants basés notamment sur l’intelligence artificielle et la lutte contre la fraude.

Son Directeur Général, Antoine Orsini, a renforcé son comité de direction en 2018 avec notamment l’arrivée d’une nouvelle responsable Marketing et Communication, d’un Directeur Commercial et d’un Directeur de l’Innovation début 2019. Plus d’une dizaine de poste sont actuellement à pourvoir au sein de l’équipe commerciale, marketing et IT.

Contact presse :

Hana Ditta | Agence Fargo

hditta@fargo.agency | 06 16 83 93 77

Les règles en matière de TVA dans l’Union européenne changeront après le 1er juillet 2021, avec le déploiement du nouveau paquet TVA de l’UE. Les nouvelles règles affecteront les transactions e-commerce et auront un impact sur les vendeurs, les marchés et les courriers postaux.

À l’heure actuelle, les vendeurs ayant des clients dans plusieurs pays de l’UE sont tenus de procéder à plusieurs enregistrements de TVA, de facturer et de verser la TVA séparément dans chaque pays. S’ils fournissent des services numériques, de radiodiffusion, ou de télécommunications, ils ont également la possibilité d’utiliser le système MOSS (MOSS est l’abréviation de Mini-One-Stop-Shop) et de s’enregistrer dans un seul pays. Actuellement, les biens importés depuis l’extérieur de l’UE dont la valeur est inférieure à 22 € sont exonérés de TVA.

Le nouveau régime de TVA, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2021, est une extension du régime MOSS pour les entreprises d’e-commerce. Il vise à simplifier la conformité fiscale, à prévenir la fraude et à garantir une concurrence loyale au sein de l’UE.

 

Quels sont les changements apportés par le nouveau paquet TVA de l’UE ?

À partir du 1er juillet 2021, le régime de TVA OSS (One-Stop-Shop) sera mis en place. Dans ce cadre, les fournisseurs de produits ou de services pourront se faire immatriculer et déposer une déclaration de TVA unique dans l’un des États membres de l’UE pour la totalité de leurs transactions dans l’UE. Le système OSS ne sera pas obligatoire et les vendeurs pourront toujours décider d’effectuer leurs déclarations de TVA dans plusieurs pays.

En outre, un seuil de 10 000 euros pour toutes les ventes dans l’UE sera introduit et les règles relatives aux seuils de vente à distance seront abolies. En deçà de 10 000 euros, les vendeurs devront appliquer les règles de TVA de l’État membre à partir duquel les marchandises sont expédiées. Au-delà de cette limite, ils devront appliquer les règles et taux de TVA du pays de destination.

Les produits d’une valeur inférieure à 22 euros ne seront plus exonérés de TVA lorsqu’ils seront importés depuis l’extérieur de l’Union européenne. Un régime d’importation simplifié, l’IOSS (Import-One-Stop-Shop), couvrira tous les biens importés d’une valeur inférieure à 150 euros, et les entreprises de logistique et de coursiers pourront déposer un rapport mensuel sur leurs obligations en matière de TVA.

En outre, les plateformes de vente en ligne qui facilitent les transactions d’e-commerce avec les consommateurs de l’UE seront responsables de la collecte et du versement de la TVA.

 

À qui s’appliquent les nouvelles règles en matière de TVA ?

Les nouvelles règles auront un impact sur les plateformes de vente, les vendeurs et les services de coursiers qui opèrent au sein de l’UE et livrent des biens ou des services à des clients de l’UE.

Fournisseurs de biens

Les fournisseurs de biens disposeront d’un seuil de 10 000 euros pour les ventes dans l’ensemble de l’UE, après quoi ils devront appliquer les règles de TVA de l’État membre où se trouvent les consommateurs. Par ailleurs, les règles diffèrent selon la localisation du vendeur :

Les vendeurs de l’UE qui vendent des biens depuis un seul pays pourront remplir leurs déclarations de TVA dans le cadre du système OSS à chaque trimestre. Ils devront le faire en plus de leur déclaration de TVA habituelle.

Les vendeurs situés en dehors de l’UE (y compris les fournisseurs britanniques), auront la possibilité de s’immatriculer à la TVA européenne et de remplir leurs déclarations de TVA dans un seul pays, dans le cadre du système OSS. Ils pourront choisir le pays où ils souhaitent s’enregistrer en tant que contribuable non européen, à moins qu’ils ne soient déjà établis dans l’un des États membres de l’UE. Ils devront toujours remplir des déclarations de TVA standard dans un seul État membre. Les biens dont la valeur est inférieure à 22 € ne seront pas exonérés de la TVA.

Prestataires de services

Les prestataires de services auront la possibilité de s’inscrire à la TVA dans un seul pays, dans le cadre du régime OSS. Le pays dans lequel ils s’enregistreront dépendra de leur emplacement et de leur éventuelle implantation dans l’UE.

Plateformes de vente en ligne

Les plateformes de vente en ligne qui facilitent la vente de biens aux consommateurs européenns seront soumises à la TVA :

Pour les biens d’une valeur inférieure à 150 € importés depuis l’extérieur de l’UE.

Pour les biens de toute valeur situés dans l’UE et vendus par des vendeurs situés en dehors de l’UE.

Elles auront également l’obligation de tenir des registres détaillés de toutes leurs transactions avec des résidents de l’UE.

Coursiers

Pour les marchandises d’une valeur inférieure ou égale à 150 euros, les coursiers postaux auront la possibilité d’utiliser un ensemble de données H7 simplifié. Ils pourront également remplir des déclarations mensuelles et payer la TVA pour leurs clients.

[REPLAY] - VAT & Marketplaces: what are 
the major changes coming?